Donald Judd

Né le 3 juin 1928 - Etats Unis

 

 

Après avoir servi dans l'armée comme mécanicien en 1946-1947, Donald Judd entreprend en 1948 des études de philosophie au Collège de William et Mary à Williamsburg (Virginie) et les poursuit à l'Université Columbia de New York. En 1953, il obtient son diplôme de philosophie après des études qui portent essentiellement sur l'Empirisme et le Pragmatisme et s'oriente ensuite vers une maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Rudolf Wittkower et Meyer Schapiro, qui le fait participer à son séminaire sur Jackson Pollock. Parallèlement, il suit les cours du soir de l'Art Students League et gagne sa vie en contribuant comme critique d'art, entre 1959 et 1965, à d'importants magazines d'art américains tels que ARTnews, Arts Magazine et Art International, adoptant d'emblée un style direct, convaincant, parfois polémique.

 

Judd commence à peindre des toiles influencées par la grande tradition américaine de l'Expressionnisme abstrait et obtient sa première exposition personnelle à la Galerie Panoras à New York en 1957. Mais le tableau peint le gêne car il ne peut manquer de renfermer une certaine dose d'illusionnisme, et il s'oriente vers des constructions où la matérialité est au cœur du vocabulaire artistique, utilisant des matériaux modestes comme du métal, du contreplaqué, du ciment et du plexiglas de couleur, qui allaient devenir sa marque de fabrique pendant toute sa carrière, et des formes simples, souvent répétées, pour explorer l'espace et l'utilisation de l'espace. En 1968, le Whitney Museum of American Art présente une rétrospective de son travail sans inclure aucune des peintures de ses débuts.

 

La même année, Judd fait l'acquisition d'un immeuble de cinq étages à New York, qui lui permet d'installer son travail de manière plus permanente que dans des galeries ou des musées. Progressivement, il souhaitera des installations permanentes pour son travail et pour celui des autres, estimant que les expositions temporaires, conçues par des conservateurs pour des visiteurs, placent l'art lui-même à l'arrière-plan et, en définitive, le dégradent par incompétence ou incompréhension. Ceci devait devenir pour lui une préoccupation centrale, son intérêt pour les installations permanentes grandissant parallèlement à son dégoût pour le monde de l'art.

Tout au long des années 1970 et 1980, il produit des œuvres radicales qui remettent en cause les idéaux de la sculpture occidentale classique. Judd considère que l'art ne doit pas représenter quoi que ce soit, mais simplement être. Dans les années 1970, il commence à réaliser des installations à la taille d'une pièce, qui interagissent avec l'espace environnant et proposent au spectateur une expérience presque physique. Son esthétique suit ses propres règles strictes pour se prémunir de l'illusion et de la fausseté, et ses œuvres sont claires, fortes et définies. Il aborde également le design et l'architecture.

 

Au début des années 1970, Judd commence à se rendre chaque année avec sa famille en Basse-Californie (Mexique) où il est frappé par le désert ; il conservera durant toute sa vie un lien très fort avec cette terre. En 1971, il loue une maison à Marfa (Texas), où il vient se ressourcer et oublier la vie trépidante du monde de l'art new-yorkais. C'est le point de départ de l'acquisition de plusieurs bâtiments et d'un ranch de 243 km2, qu'il fait presque tous restaurer avec soin. Il s'installe définitivement à Marfa à partir de 1972. Ces propriétés, tout comme son immeuble à New York, sont aujourd'hui entretenus par la Fondation Judd (Judd Foundation).

En 1979, avec l'aide de la Dia Art Foundation (en) de New York, il fit l'acquisition d'un morceau de désert de 1,4 km2 près de Marfa, comprenant les vestiges d'un complexe abandonné de l'armée américaine, le Fort D. A. Russell. Le site fut transformé en centre d'art contemporain dédié à Judd et à ses contemporains et confié à la Fondation Chinati (en) (Chinati Foundation). Il présente des œuvres de grande taille de Judd, John Chamberlain, Dan Flavin, David Rabinowitch (en), Roni Horn, Ilya Kabakov, Richard Long, Carl André, Claes Oldenburg et Coosje Van Bruggen. Les œuvres de Judd qui y sont présentées comprennent 15 installations d'extérieur en béton et 100 pièces en aluminium présentées dans deux baraquements rénovés avec soin.

 

 

André Lobbe

87, rue de sèvres

75006 paris

0761372021

a.lobbe@galeriepalmer.fr

Achète toute oeuvre de Donald Judd

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
la galerie palmer art contemporain et Antiquité, André Lobbe Achat Vente Expertise Paris-Tableaux moderne - Sculptures - Bijoux - Arts d'Asie-art contemporain Copyright © 2013 - Tous droits réservés - Toutes reproductions interdites - RCS Paris 800922486 Galerie Palmer 87, rue de sèvres 75006 paris tel 0982587889 MOBIL 0761372021